Pistes protohistoriques (2e partie)

J’ai gardé le même titre même si, techniquement, ce qui suit ne concerne pas la protohistoire mais la préhistoire. Mais bon, pour des raisons pratiques, c’est plus simple de conserver le même intitulé…

En m’intéressant à l’Espagne et son peuplement celtique, évidemment, j’ai cherché des mégalithes. Je sais très bien que la civilisation des mégalithes était bien antérieure aux Celtes, mais comme les deux m’intéressent fortement (et que j’ai une théorie personnelle assez tarabiscotée et pas du tout académique sur la question), je n’arrive pas à dissocier les deux dans ma tête. Il fallait donc que je vérifie…

Et je suis tombée sur la préhistoire andalouse. Mais j’y reviendrai plus tard, après un bref résumé sur le mégalithisme (pas trop long, promis) : la « mode mégalithique » apparaît dès le début du 5e millénaire, un peu partout sur la façade atlantique de l’Europe. Allez, un petit tour par les cartes, parce que c’est plus parlant.

Le mégalithisme se répand globalement d’Ouest en Est du néolithique au chalcolithique (de -4700 à -1500 environ). Sur ces deux cartes, le rose signale les régions où les mégalithes sont les plus anciens, et le bleu celles où ils sont les plus récents (c’est approximatif, bien sûr). Sur la péninsule ibérique (carte ci-dessous), le mégalithisme prend naissance sur la côte atlantique et se diffuse vers l’Est le long des côtes. Les points rouge foncé montrent les principaux sites mégalithiques de la  péninsule, et on peut constater que le centre n’est pratiquement pas concerné par la « mode des mégalithes ».

J’en arrive à la culture d’Almería, donc, puisqu’elle me concerne plus particulièrement, étant donné que la zone qu’elle couvre est proche de la région d’où est originaire une de mes deux branches généalogiques espagnoles. Nouvel épisode historique…

Les proto-Almériens sont des éleveurs plus ou moins nomades de boeufs, porcs, chèvres et moutons. Au 6e millénaire avant JC., l’Andalousie voit l’arrivée des premiers agriculteurs, et dès le début de la période néolithique les premiers dolmens sont construits (vers -4800). Ce sont peut-être d’ailleurs les premiers du genre. Des cultures néolithiques originales (« campaniforme », civilisation d’El Argar près d’Almería) se développent. Au début du Chalcolithique (-3000), il y a expansion du mégalithisme. Vers -2 600, les premières communautés urbaines commencent à apparaître, l’une des plus importantes étant Los Millares (village préhistorique situé à Santa Fe de Mondújar, à 17 km d’Almería). La culture campaniforme commence à apparaître vers -2150 et, aux environs de -1900, elle développe une variante locale ibérique avec le style almérien à Los Millares.

Protohistoire : L’âge du bronze se situe, dans le Sud-Est, aux environs de -1800. A la civilisation de Los Millares succède celle d’El Argar, sans discontinuité ou presque à part le déplacement du centre urbain principal à quelques kilomètres au Nord. Puis, vers -1300, La culture d’El Argar disparaît.

dolmen de Menga

dolmens de Viera et Gorafe

tholos Los Millares

Allez, le plus intéressant : les Almériens adoraient une grande déesse, qu’ils  représentaient par des statues-menhirs à colliers. A l’Age du bronze, elles sont remplacées par de nouvelles stèles-menhirs représentant un dieu guerrier (probablement sous l’influence des Celtes Lusitaniens) et les Almériens, repliés dans le sud-ouest de la péninsule ibérique, utilisent alors des ‘idoles-plaques » en schiste.
Plus à l’est, les Almériens étaient tombés sous l’influence des Pélasges venus par la mer et ils dessinaient la déesse de manière schématique ou symbolique : bien souvent elle n’était représentée que par ses yeux de hibou (« signes oculés »).
Les Almériens construisaient aussi des menhirs simples, parfois ornés de serpents, et des cromlechs (cercles de pierres) en forme de « fer à cheval » avec une entrée orientée vers l’est. 

 

poterie oculée Los Millares

trésor de Villena (El Argar) - tiens, des p'tits points...

sources : ce site, wikipedia et recherches sur de multiples sites espagnols

A propos Caitlín Urksa nic Mhorrigan

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Explorations Spirituelles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pistes protohistoriques (2e partie)

  1. Ton blog est une encyclopédie à lui tout seul !!

    • ^^ quand j’ai commencé l’astro, j’avais lu que la devise du verseau (mon ascendant, très fort), c’était « je veux comprendre »… je crois que c’est un peu vrai😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s