Pistes protohistoriques… (1e partie)

Cela fait quelque temps déjà que je farfouille sur le net à la recherche d’informations (rares) sur la protohistoire de la région où je vis et, parallèlement, de la région d’où est originaire ma famille du côté maternel (plus précisément la branche espagnole). Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis des années (et pas juste deux ou trois, hein, ça remonte à mes années fac), je ressens au fond de moi un attrait tellement fort pour tout ce qui touche au monde celte que je me dis que, quelque part dans ma mémoire génétique, il doit y avoir du sang celte… Peut-être un voeu pieux, certes, mais…

Et puis, en faisant des recherches sur Lugh (comme quoi… re ), je suis partie explorer du côté des celtibères… Parce que bon, même si j’aurais bien aimé avoir un ancêtre breton, britannique ou irlandais, je n’ai pas l’intention (ni l’envie) de renier la part de sang espagnol qui coule dans mes veines. Donc me voilà partie en Ibérie, par le net interposé et grâce à mes restes d’espagnol (pfff, et dire que mes parents ont commencé à me l’enseigner vers 5 ou 6 ans…).

C’est là, donc, que va commencer la première partie de ces « pistes protohistoriques » que je souhaite explorer. Les informations que j’ai réunies viennent de divers sites (dont wikipedia, mais pas seulement, bien sûr), dont je n’ai pas noté l’url, car au départ, je n’avais pas l’idée d’en faire un article de blog (je présente donc mes plus plates excuses aux créateurs des sites sources, si vous êtes l’un d’eux, n’hésitez pas à vous manifester par le biais des commentaires, je m’empresserai de noter votre nom/url comme source)

LES CELTIBERES

Les investigations archéologiques montrent que les Celtes sont arrivés dans la péninsule ibérique au cours du 13e siècle avant l’ère chrétienne. Au cours du 7e siècle, pendant la civilisation de Hallstatt, ils se déploient dans certains secteurs de la Meseta, au Portugal et quelques groupes atteignent la Galice. Toutefois, après la fondation de Massalia, les Ibères occupent à nouveau la vallée moyenne de l’Ebre, laissant le nord-est de la péninsule aux Celtes. Les archéologues datent souvent l’apparition d’une culture celtibère, différenciée de celle des Ibères au début du second âge du fer. Toutefois, cette culture celtibère présente beaucoup d’affinités avec la culture des Ibères, les peuples celtes s’étant « ibérisés » par syncrétisme.

allez hop, une petite carte

Hannibal, avant de déclarer ouvertement la guerre à Rome, doit assurer la maîtrise de la péninsule ibérique. Il envahit les peuples voisins de la cité de Sagonte (au nord de Valence) : les Olcades, puis les Vaccéens et les Carpétans entre -221 et -219. Tous les pays au sud de l’Ebre étant soumis, Hannibal profite d’un prétexte pour déclarer la guerre à Sagonte, qui demande de l’aide à Rome. Rome se contente d’envoyer des ambassadeurs à Hannibal, en vain. Hannibal assiège Sagonte pendant huit mois avant que Rome ne se décide à prendre des mesures. Finalement, Sagonte, épuisée par des mois de famine et de batailles, se rend et est rasée. C’est le début de la deuxième Guerre Punique, qui se conclura douze ans plus tard par l’occupation romaine du sud et de l’est de la péninsule. Les Romains étendent alors leur domination depuis la zone ibérique (tombée sous la dépendance de Rome en -197) vers l’intérieur des terres, et les Celtibères se défendent très vigoureusement contre eux en pratiquant une forme de guérilla. La première guerre celtibère prend fin en -174, et les Celtibères résistent jusqu’à la prise de Numance en -133.

Voilà pour le survol historique rapide. Mais, vous demandez-vous, quel rapport avec moi, tout ça ? Venons-en aux détails… D’après ce que je sais des recherches généalogiques faites par Maman et sa soeur, une partie de ma famille côté grand-père maternel vient de la région qui était naguère occupée par les Contestani, et une autre partie vient de la région à la frontière entre le territoire des Sedetani et celui des Belli… Evidemment, cette généalogie ne remonte pas à l’Antiquité, et encore moins à la protohistoire, mais ça ouvre des horizons dans la case « celte » de mon cerveau.

Mais revenons à nos celtibères, au-delà de l’aspect « dates et territoires ». Les celtibères construisent des castros sur les collines pour organiser une défense facile, entourés d’une, deux et jusqu’à trois enceintes murées (voilà qui n’est pas sans rappeler les « castles » mégalithiques de Grande-Bretagne qui m’ont, étrangement, évoqué tant de choses quand j’ai découvert leur existence…).

Pour la plupart, ils se consacraient à l’agriculture et n’enterraient pas leurs morts, mais brûlaient les corps, puisque dans leurs villages on a trouvé des nécropoles d’incinération. Les restes étaient déposés dans des grottes, sur des tombes d’abord et plus tard dans des urnes.

On ne sait que très peu de choses sur la religion de ces peuples. Le panthéon se divise en trois catégories non exclusives :

Collier de la Prêtresse du Soleil (4e siècle av. J.C.)

– Les divinités à caractère astral, qui forment le substrat des religions indo-européennes : parmi les cultes astraux les plus importants pour ces peuples, ceux du Soleil et de la Lune.
– Les grands dieux celtes, comme en Gaule et en Bretagne : Lug/Lugus semble avoir été le plus important, qui a été assimilé à Mercure avec la romanisation. Les Matres étaient également des divinités importantes, déesses de la fécondité, de la terre nourricière et des eaux, dont le culte était commun aux Celtes et aux Germains.
– Les divinités mineures, avec un culte probablement local, et une origine animiste ou totémique, liées à des éléments naturels (monts, forêts, etc) ou territoriaux (castros, villages, villes,etc) : très abondants, ce sont ceux qui sont le plus représentés.

Voilà pour cette première partie. Promis, la suite viendra assez rapidement

A propos Caitlín Urksa nic Mhorrigan

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Explorations Spirituelles, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s