Ourse en mode grognon

Du côté de l’épaule, les jours se suivent et se ressemblent, malgré une très légère amélioration. J’arrive à peu près à monter mon bras à l’horizontale, mais toujours pas plus haut, et toujours pas à porter de poids (le test le plus simple : porter une casserole d’eau de la gazinière à l’évier, environ 1m, de la main droite… bin toujours pas). Mes neurones commencent donc à bouillir sérieusement, vu que je ne peux pas faire ce que je veux et ça, j’avoue que j’ai du mal à le supporter et que ça joue -très légèrement – sur mon humeur (qui est lentement mais sûrement en train de virer à l’humeur de l’ourse qu’on réveille au beau milieu de son hibernation, si vous voyez ce que je veux dire…)

Ajoutez à cela la perspective des conseils de classe de 4e qui commencent dès lundi avec un 8h-20h + trajets, et qui risquent d’être tendus, au point que j’ai décidé d’y aller avec l’arrêt de travail de la semaine passée (arrêtée jusqu’à mercredi inclus et au boulot malgré tout), pour avoir un argument à envoyer dans la face du premier parent qui parle de « mes -légendaires- absences » (au cas où il y ait un kamikaze qui envisage de le faire), et vous n’aurez pas de mal à imaginer l’état de mon « pot de patience » (il est, comme mon compte en banque et ma cuve de gaz, désespérément vide).

Ajoutez encore les températures hivernales qui font que je suis prostrée devant mon petit chauffage électrique ou la cheminée, avec ma Chose sur le dos, à grogner après la patronne qui, indirectement, m’a fichue dans une mouise monumentale en me suggérant un arrêt longue durée l’an dernier, arrêt qui n’a pas été accepté et qui donc, n’a pas été rattrapé en termes de finances (4 mois à demi-traitement, ça fait quand même un sacré trou dans le budget de l’année – l’équivalent de 6 mois de loyer -, vu que le zomme n’a pas de boulot et n’en trouve pas, because « trop vieux » pour être embauché).

Bref, je sais que dans des cas comme ça, il n’y a pas grand chose à faire, à part attendre que ça passe… sauf que là, en prime, je n’ai pas l’option création pour arriver à me détendre un minimum. Donc je râle, je ronchonne, je peste et je tourne en rond, maudissant ce *** de cartable qui m’a mis l’épaule hors service, maudissant le paternel qui m’appelle tous les deux jours pour me parler de trucs sans intérêt (en prime, il a le chic pour appeler toujours au moment où ça me dérange le plus…), en allumant clope sur clope alors que je sais très bien qu’il faut les économiser puisque les sous sont rares et en m’auto-maudissant d’être 2 fois plus accro quand l’humeur est mauvaise, et en balançant toute cette négativité sur ce blog, alors que je sais qu’il devrait être un espace de zénitude pour donner envie aux visiteurs. Mais tant pis, c’est fait ! Désolée de vous infliger tout ça, vous qui passez par ici, mais ça me permet d’évacuer un peu le trop-plein de rancoeur et d’amertume… (s’il y a une chose que j’ai apprise au cours de mon auto-psy-truc de l’hiver/printemps 2009-2010, c’est qu’il faut que ça sorte d’une manière ou d’une autre).

J’espère sincèrement que mon épaule va vite me permettre de fonctionner à nouveau « normalement », de pouvoir à nouveau créer pour évacuer certaines choses, ça m’éviterait de retomber dans une humeur « ourse-privée-d’hibernation » de façon permanente (le spectre de la dépression n’étant quand même pas tout à fait exorcisé). Je bloque volontairement les commentaires sur cet article, parce que je ne veux pas que vous vous y attardiez (vous n’auriez déjà pas dû le lire jusque là), j’avais juste besoin de pousser un grognement bestial, c’est tout… Sur ce, l’Ourse va aller allumer le feu, puisque le soleil est caché depuis un moment déjà et qu’un peu de chaleur ne fera pas de mal…

A propos Caitlín Urksa nic Mhorrigan

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Grognements, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.