L’Ourse se fâche !

Petite parenthèse perso, histoire de me défouler un peu (et aussi de tenir au courant la personne qui m’a commandé le grimoire, vu que j’ai l’épaule droite en vrac, et que je ne peux pas le commencer ce weekend comme prévu, car manipuler 3 kilos de papier m’est impossible pour le moment.)

Donc, depuis mercredi, il y a certains gestes que je ne peux pas faire à cause de mon épaule, qui a décidé de faire n’importe quoi. Ça a commencé à me chatouiller la semaine dernière et ça s’est agravé lundi et mardi because cartable trop lourd (les paquets de copies, ça pèse!), mais bon, jusqu’à mercredi, j’ai serré les dents, pris des antalgiques inefficaces et continué comme si de rien n’était. Sauf que depuis mercredi, la douleur s’est installée ouvertement et que je n’arrive plus à bouger mon bras comme je veux… Evidemment, ça tombe toujours au moment le plus inopportun, vu que mon médecin traitant ne reçoit pas le mercredi, uniquement sur rendez-vous le jeudi et le vendredi, et qu’elle est surbookée. Jeudi matin, après avoir chanté la Marseillaise en javanais pour m’habiller, j’ai dû me rendre à l’évidence : impossible d’utiliser mon bras droit pour manoeuvrer la voiture. J’ai donc appelé le collège à 7h45, leur expliquant que je ne serais pas là ce jour-là et sans doute le lendemain (pour les raisons expliquées ci-dessus), pour qu’ils puissent prévenir les élèves. Le coup de téléphone à la secrétaire médicale m’a confirmé ce que je craignais, pas de rendez-vous possible avant la semaine prochaine, restait l’option consultation libre du samedi matin.

Hier, coup de téléphone enragé de ma patronne. Elle m’a aboyé dessus, me disant que mes absences recommençaient, que c’était intolérable, que les parents d’élèves allaient recommencer à ronchonner, etc. Je lui ai fait remarquer que depuis septembre, je n’avais eu qu’1 arrêt de travail (pour une bronchite) et 2 demi-journées (migraine) que j’avais rattrapées, mais elle m’a raccroché au nez. Ça, je ne tolère pas, donc j’ai rappelé. La conversation a repris sur le même ton, mais j’ai eu beau lui expliquer que je ne pouvais pas conduire, elle n’a rien voulu savoir, me rétorquant que je n’avais qu’à appeler un taxi (ce à quoi j’ai répondu que si l’EN me payait les 85km aller-retour en taxi, pourquoi pas !). Bref, fin de non recevoir de son côté.

Sur ce, je vais voir le médecin ce matin, et elle me prescrit une semaine d’arrêt, malgré ma mine défaite à cette nouvelle. Comme elle est un peu au courant de la situation, j’ai mentionné le coup de téléphone de la patronne, mais si elle a accepté de raccourcir l’arrêt, elle a refusé de m’arrêter uniquement pour les 2 jours… Je suis donc, officiellement, en arrêt de travail jusqu’à mercredi prochain inclus.

Et là, l’Ourse a décidé de faire un coup d’éclat, histoire de bien montrer que j’en ai plus que marre qu’on me prenne pour une bille ! Donc lundi, armée de mes médicaments et de ma détermination, je vais aller au boulot ! J’ai d’ores et déjà envoyé un mail à la patronne lui expliquant ma décision (je sais qu’elle ne le lira pas avant lundi, mais je voulais qu’il y ait une trace écrite… pas folle, au cas où). Je prendrai le portable du zomme pour pouvoir appeler et signaler un éventuel retard si je dois m’arrêter en cours de route pour souffler, mais je suis décidée, je ne rentre pas chez moi sans un papier signé de sa main m’ordonnant de le faire ! J’en ai plus que ras-le-bol de ces conneries (pardon pour le vocabulaire, mais là, il n’y a pas d’autre mot) : si les parents d’élèves – qui se permettent de ne pas envoyer leurs mômes au collège dès que le mot grève est prononcé à la télé (que la grève soit suivie ou pas), ou quand ils ont décidé de partir en vacances – ne peuvent pas comprendre que les profs ne sont pas des machines, qu’il leur arrive aussi, parfois, de ne pas être en état de venir s’occuper de leurs mouflets, et que s’ils ne sont pas remplacés, c’est parce qu’il n’y a plus assez de profs pour le faire, il n’y a pas de vaccin contre ça ! Par contre je veux qu’il soit clairement apparent que cet état d’esprit existe, et je compte bien annoncer haut et fort dans la salle des profs que je suis présente malgré le fait que 1) mon bras droit n’est opérationnel qu’à partir du coude, 2) le traitement prescrit est à base d’opium (ce qui contribuait aussi à la durée de l’arrêt), tout ça pour éviter les médisances ! Non mais !!!

A propos Caitlín Urksa nic Mhorrigan

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Grognements, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’Ourse se fâche !

  1. Lyra Ulchabhan dit :

    Pffff mais c’est n’importe quoi ça … Etant moi aussi dans le même milieu, je confirme qu’être absent est souvent source de bon nombre de soucis. Je ne compte plus le nombre de jours où je suis allée travailler malade comme un chien, malgré un arrêt de travail, pour éviter les ennuis.
    Je compatis vraiment, et j’espère que ton épaule va vite se remettre (tu as une tendinite ?)

  2. oui, tendinite à l’épaule et contracture des muscles autour des cervicales, vu qu’ils ont pris la relève pour compenser… enfin bon, vu l’effet du traitement, je serai présente, mais en train de dormir (note pour lundi : penser à prendre mon oreiller lol)

  3. Nokomis dit :

    Elle craint pas que tu puisse avoir un accident de voiture ta patronne? Ce n’est pas l’absence justifié des profs qui est un problème, mais l’effectif et le manque de moyens pour remplacer quelqu’un.
    Je t’encourage pour ne pas de laisser faire, mais pense avant tout à ta santé. Si tu ne le sens pas de prendre la voiture lundi n’insiste pas, ou alors essaye peut être de trouver quelqu’un pour du covoiturage bien que pour de telle distances je ne suis pas persuader que tu trouve beaucoup de monde.

  4. Ne t’inquiète pas, Tite Noko, je n’ai pas du tout l’intention d’aller dans le décor… le trajet se fera à mon rythme, et s’il y a des pauses, bin il y aura des pauses, tant pis si j’arrive en retard ! Vilaine que je suis, je serais ravie que la patronne s’inquiète un peu si c’est le cas :p
    Le covoiturage, malheureusement, ce n’est pas possible. Quant au non-remplacement des profs, c’est un problème politique que je ne veux même pas évoquer, mais du coup, il faudrait que les profs soient des machines jamais en panne (je serais la première ravie si la médecine trouvait le moyen de me rendre infaillible, remarque… lol)

  5. Elune dit :

    Et bien j’ai exactement la même chose depuis trois semaines. Je suis souvent sujette aux tendinites. celle-ci s’est déclenchée après m’être fait arracher les dents de sagesse. J’téais tellement tendue que du coup, j’ai eu cinq tendinites : une à l’épaule, une à chaque hanche, une au poignet gauche et une au genoux droit. Bonjour la démarche de robot… Elle sont toutes parties à grand coup de Gelden plusieurs fois par jours, sauf celle de l’épaule que je ne peux plus bouger. Je dors trois heures par nuit car mauvaises positions.

    Mon medecin m’a dit que si le Gelden (6 fois par jours! La galère!) et les antalgiques ne baissaient pas la douleur, il allait me faire une infiltration : piqure pile dans le nerf pour l’apaiser. Pas agréable me dit-il mais très efficace. Je ne l’ai pas encore fait mais j’y songe de plus en plus.

    Peut-être pourrais-tu suggérer cela à ta doc, qui semble compréhensive?

    Des bisous, du courage tout plein!

  6. eh bien je vais voir si les antalgiques font leur effet, elle m’a prescrit 4×2 gélules par jour de lamaline, plus voltarène, plus myolastan pendant 8 jours et je n’en suis qu’au 3e (paaatience). pour le kiné, pas possible financièrement donc ça, c’est réglé…
    niveau efforts pour l’épaule, à part les kilomètres en voiture, je n’en fais aucun : valise à roulettes à la place du cartable et écriture au tableau de la main gauche en 6e (pas évident mais lisible). il y a des volontaires en 4e pour faire « secrétaire » (comme quoi, ils sont quand même un peu z’humains, les z’ados). certains gamins se sont même inquiétés de savoir comment je conduisais (j’espère qu’ils transmettront à leurs parents)… les collègues auxquelles j’ai expliqué le truc m’ont dit « qu’est-ce que tu fous là ? » et « vivement qu’elle ait sa retraite à la fin de l’année » lol… quant à la patronne, elle m’a vue, m’a dit bonjour, mais n’a parlé ni du mail, ni de l’arrêt de travail (il m’a semblé percevoir une mine un peu embarrassée, mais difficile d’en être sûre quand même).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s