Mise à jour

Histoire de vous tenir un peu au courant, quelques infos… Pour ceux qui n’auraient pas encore remarqué la chose, je ne poste plus sur ce blog. Ceux qui me suivent depuis quelque temps en ont l’habitude maintenant, on ne se refait pas… La Caverne a fait son temps. La suite de mes « aventures » se déroule donc sur http://scathcraft.wordpress.com/

Ce blog est donc fermé et je ne mets plus à jour les commentaires. Merci de votre compréhension.

Publié dans A propos | Laisser un commentaire

Nouvelles fraîches (enfin, c’est vite dit)

Coucou les gens !

Déjà plus de deux mois que je ne vous ai pas donné de nouvelles… En même temps, mon humaine a monopolisé l’ordi avec ses histoires de boutiques et de blogs, ça me donne une excuse. Oui, d’accord, c’est facile… Pour tout vous dire, en fait, avec la chaleur de l’été, je suis soit en train de dormir au frais, soit en train d’espionner ce qui se passe dehors (et d’essayer d’attraper ces **** de zozios qui viennent me narguer sur ma terrasse ! J’ai failli en avoir un cette semaine… Il a réussi à filer mais je lui ai quand même déplumé le postérieur).

Sinon, j’ai vécu une aventure plutôt traumatisante il y a quelques jours, en voulant essayer d’attraper un des intrus en question. J’ai voulu sauter sur le mur qui est contre le cyprès où ils nichent.


Seulement, mon humaine a mis des tas de pots sur ce mur (allez savoir pourquoi) et j’ai finalement atterri dans le machin où mes topains aiment bien mettre les pattes quand il fait très chaud. Mes humains appellent ça la piscine des chiens. Tout ce que je sais, c’est que c’est rempli d’un truc froid qui mouille
Résultat, non seulement je n’ai pas pu attraper le piaf, mais en plus j’ai passé une bonne heure à essayer d’enlever le truc mouillé de mes poils… Et ça met de mauvaise humeur, ce genre de toilette forcée!
En plus, les topains n’arrêtaient pas de venir me voir… Alors c’est sûr, ça partait d’un bon sentiment, ils craignaient que je ne me sois blessé dans la chute. Sauf que la blessure que j’avais, elle ne saignait pas, mais elle faisait encore plus mal : ma dignité !!!!
Le soleil m’a aidé à effacer les traces visibles de cette mésaventure, mais depuis, la fameuse piscine des chiens est une ennemie dont je me méfie. Je la surveille du coin de l’oeil quand je dois passer à côté, on ne sait jamais…
En dehors de cet incident fort embarrassant, la vie est plutôt belle pour moi, faite de bons repas, de gros câlins et de petites siestes confortables… Au fait, petit message aux chats qui passent par ici : essayez le coussin-zumain, c’est chaud et confortable
Publié dans Tanière du Chat-Sorcier | Tagué , | 1 commentaire

Ma Terrasse

Coucou les gens !

Je passe vous donner des nouvelles.

J’ai passé une partie de la matinée à explorer la terrasse, parce que mon humaine avait ouvert pour faire entrer la fraîcheur (c’est vrai que la semaine écoulée nous a apporté des températures d’été, mais moi ça ne me dérange pas, j’aime le soleil).

Voici donc quelques photos de mon exploration…

Au départ, j’avoue, je suis resté sous la table parce que les bruits de l’extérieur, je n’aime pas trop ça (il faut dire aussi qu’il y a quelques jours, j’ai fait une petite escapade, mais mes humains ne s’en étaient pas aperçu et je me suis retrouvé enfermé dehors, avec plein de bruits autour de moi, et j’ai eu très peur de ne plus pouvoir rentrer à l’abri de ma nouvelle maison… ).

Mais bon, là, sur la terrasse, je suis à l’abri. Tiens, qu’est-ce que c’est que ce truc ? Une balle qui sent bon ? Intéressant.

Avec prudence, je suis monté sur le mur pour aller surveiller la croissance des plantes de mon humaine.

Elle est bien jolie, cette fleur de sauge, j’y goûterais bien, mais il paraît que je n’ai pas le droit.

Bon, toutes ces explorations, ça fatigue. Finalement, je crois que je vais faire une petite pause près de la table.

Même mon topain Viking vient s’installer à côté de moi (pas trop près, quand même, il y a une limite qu’il ne doit pas franchir sous peine de sanctions, et il le sait…)

Publié dans Tanière du Chat-Sorcier | Tagué , , | 2 commentaires

Reconstructionnisme Celte

Définitions

Le reconstructionnisme est le fait de rétablir une culture ou même de pratiquer des religions la plupart du temps polythéistes (païennes), en s’appuyant sur des bases historiques, dans le monde moderne.

‘Celtique’ est un terme générique qui se rapporte à un groupe de cultures qui partagent des similarités de langue ou de culture matérielle (par exemple des styles artistiques, des techniques de construction, etc). Il y a de nombreux groupes différents qui entrent dans ce terme générique. Ils partagent tous une origine commune avec une langue ‘originelle’ généralement nommée proto-Celtique, qui, au fil du temps, a évolué en différents dialectes.
Les groupes linguistiques modernes incluent le gaélique irlandais, le gaélique écossais, le mannois, le gallois, le cornique et le breton. Les groupes historiques incluaient aussi le gaulois, le picte, le brittonique, le cambrien, le galate, le lépontique, le celtibère et le norique.

Le Reconstructionnisme Celtique (CR, pour Celtic Reconstructionism)
Les reconstructionnistes s’intéressent aux croyances et pratiques historiques d’une culture pré-chrétienne spécifique et essaient de faire revivre ces pratiques dans le monde moderne. Contrairement à d’autres groupes reconstructionnistes, le CR est désavantagé parce que les croyances pré-chrétiennes des diverses cultures celtiques ne sont plus connues. Les Celtes pré-chrétiens n’écrivaient pas leurs croyances et leurs pratiques. En fait, Jules César a écrit que les druides gaulois pensait que c’était ‘inconvenant’ de mettre ces choses par écrit. A cause de cela, une reconstruction exacte des croyances et pratiques celtiques pré-chrétiennes est impossible, et le terme ‘reconstructionniste’ n’est pas réellement adapté. Toutefois, le terme a été choisi pour distinguer le paganisme CR des voies païennes éclectiques largement influencées par la Wicca qui étaient le centre d’attention majeur au moment où le CR a été défini.

Le CR se base sur trois sources principales pour reconstruire les croyances et pratiques : l’archéologie, les sources historiques et le folklore. Ces sources forment la base des croyances et des rites CR, ce qui fait qu’on n’y trouve pas les 4 éléments classiques, ni le cercle, on n’y trouve pas le Dieu et la Déesse, ni le Grand Rite, etc. Il n’y a pas non plus besoin de dédication ou d’initiation pour rejoindre la communauté CR, et il n’est pas nécessaire non plus d’avoir des origines celtes, il suffit de se sentir ‘celte de cœur’.

Aucune des sources citées n’est parfaite, et il y a toujours une part d’interprétation entre la recherche et la mise en pratique. Par conséquent, les CR se basent sur ce qu’ils appellent l’UPG (Unverified Personal Gnosis, Gnose Personnelle non vérifiée) pour compléter les blancs. Toutefois, les CR ont tendance à mettre l’accent sur ce qui peut être prouvé (les informations qui sont confirmées par les chercheurs) et à réduire la part d’UPG au minimum.

Comme pour toutes les religions reconstructionnistes, les CR admettent que certains éléments des pratiques pré-chrétiennes ne sont pas possibles ou convenables dans un contexte moderne, nécessairement influencé par les religions abrahamiques (que ce soit au niveau éthique ou au niveau légal). L’exemple le plus flagrant est le sacrifice humain, qui n’est pas toléré parmi les CR, et, pour beaucoup, le sacrifice animal. En dehors du fait que le sacrifice humain est illégal, il est prouvé que les peuples celtiques ont eu recours à d’autres formes d’offrandes : de manière générale, pendant l’ère pré-chrétienne, le sacrifice animal était beaucoup plus fréquent que le sacrifice humain et les offrandes de nourriture et de boissons étaient encore plus fréquentes que le sacrifice animal.

Pour éviter les noms à rallonge, certains CR ont adopté des ‘étiquettes’ pour décrire leurs pratiques spécifiques. On peut ainsi trouver Polythéisme gaélique, Paganachd/Paganacht, Fálachus, ou Ildiachus Gaelach, pour n’en citer que quelques-uns. Le problème majeur est que ce n’est pas vraiment explicite pour les néophytes, ce qui fait que l’étiquette CR reste populaire en tant que terme générique.

source du texte d’origine : ici ; publié également sur Forum Wicca et Esotérisme
Publié dans Explorations Spirituelles | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Pour Valiel…

photos des cartes du jeu Aquarian Rune Cards

Publié dans Explorations Spirituelles | Tagué , , | 2 commentaires

Offrandes

164.13.6.9 Cuithe

De Gabail In tSida (Leabor_Gabala) offre un aperçu intéressant sur la question des offrandes. Le récit suit la défaite des Tuatha Dé Danann (les dieux) par les Milésiens (les Gaels/les humains) à la bataille de Tailtiu. Les Milésiens se sont installés en Irlande, chassant les Tuatha Dé Danann « sous terre ». Ceux-ci sont hostiles, empoisonnant les cultures, détruisant le lait et causant des tracas. Le roi des Milésiens, Eremon, rencontre alors le chef des Tuatha Dé pour parvenir à un accord de paix entre les deux races. Il est alors convenu que les Milésiens doivent payer un tribut de lait aux Tuatha Dé Danann qui, en échange, acceptent la paix.

Les contrats et accords mutuels formels étaient la base de la société gaélique antique. C’est sur une relation contractuelle que se fonde le polythéisme gaélique, et c’est la raison pour laquelle les offrandes en sont une composante essentielle. L’hospitalité, exprimée à travers les présents, engendre l’abondance, la santé et l’harmonie entre les hommes et les divinités.

Les offrandes, libations et sacrifices ont de multiples buts. On peut faire une offrande à une divinité pour la remercier et lui montrer notre respect. On peut aussi faire une offrande pour demander une faveur. Ce sont des offrandes votives. Les offrandes peuvent aussi être propitiatoires : elles servent à apaiser une divinité pour qu’elle nous laisse tranquille. Une offrande peut également combiner ces deux buts.

Faire une offrande, c’est faire preuve d’hospitalité, par conséquent l’offrande doit être agréable à la divinité à laquelle on la destine. L’offrande est accompagnée d’une prière, d’un chant ou d’un poème qui loue la divinité et donne la raison pour laquelle on offre. Dans la tradition gaélique, les mots sont considérés comme ayant de puissantes qualités spirituelles qui peuvent influencer la réalité. Lorsqu’on fait une offrande, les mots expriment l’intention et donnent un sens et une essence au geste.

L’offrande est placée près d’un sanctuaire ou sur un autel individuel dédié à une divinité spécifique. On la laisse en place une paire d’heures avant d’en disposer : l’offrande doit ensuite être offerte à la terre par enfouissement, ou simplement placée sur le sol. Elle peut aussi être brûlée et les cendres dispersées sur la terre. Il est recommandé de ne pas toucher ou déplacer les offrandes, car les divinités pourraient en être offensées. Par ailleurs, les offrandes de nourriture et de boisson perdent leur toradh (‘substance’) une fois qu’elles ont été consommées par les divinités, aussi sont-elles impropres à la consommation humaine ou animale.

Les divinités n’acceptent pas forcément les offrandes qui leur sont faites. Il y a toujours un risque qu’elles refusent ce qu’on leur offre, surtout lorsqu’il s’agit de quelque chose qui n’est pas traditionnel.

Offrandes traditionnelles
– lait
– caudle : mixture de lait, d’oeuf et d’avoine.
– bannock : pain d’orge, de seigle ou d’avoine, sans levure.
– fromage et beurre (particulièrement approprié pour Brigid).
– porridge : bouillie d’avoine (particulièrement approprié pour le Dagda).
– bière.
– oeufs.
– viande (volaille) et sang (de boeuf ou de mouton)
– sel
– objets de valeur : armes et bijoux
– chiffons colorés, accrochés aux branches d’un arbre (généralement près d’un puits, pour la guérison)

sources : gaolnaofa.com , tairis.co.uk

Publié dans Chrysalide | Tagué , , | 6 commentaires

Les Provinces d’Irlande

L’Irlande est traditionnellement divisée en quatre provinces, qui ont un caractère purement traditionnel. Dans la tradition celtique, l’Irlande était partagée en cinq royaumes, correspondant aux quatre points cardinaux et au centre. Le royaume central avait pour capitale Tara, résidence des rois suprêmes. La province centrale qui en était issue, Meath, a été absorbée par la province de Leinster.

Dans Suidigud Tellaich Temra (La Fondation du Domaine de Tara), chaque province est associée à certains attributs.
(traduction rapide)
‘O Fintan,’ dit-il, ‘et l’Irlande, comment a-t-elle été divisée et où les choses y ont été placées?’
‘Facile à dire,’ répondit Fintan: ‘la connaissance à l’ouest, la bataille au nord, la prospérité à l’est, la musique au sud, la royauté au centre.’
‘Son apprentissage, sa fondation, son enseignement, son alliance, son jugement, ses chroniques, ses conseils, ses histoires, sa science, sa beauté, son éloquence, sa modestie, sa bonté, son abondance, sa richesse – de la partie occidentale à l’ouest.’
‘Ses batailles, aussi,’ dit-il, ‘et ses contentieux, sa hardiesse, sa rudesse, ses combats, sa fierté, ses captures, ses assauts, sa dureté, ses guerres, ses conflits – de la partie septentrionale au nord.’
‘Sa prospérité ensuite,’ dit-il, ‘et ses provisions, ses ruches, ses compétitions, ses faits d’armes, ses propriétaires, ses nobles, ses merveilles, ses bonnes manières, sa splendeur, son abondance, sa dignité, sa force, sa richesse, ses nombreux arts, ses accoutrements, ses nombreux trésors, son satin, sa serge, ses soies, ses toiles, son hospitalité – de la partie orientale à l’est.’
‘Ses cascades, ses foires, ses nobles, ses danseurs, sa connaissance; sa subtilité, sa musique, sa mélodie, ses ménestrels, sa sagesse, son honneur, son apprentissage, son enseignement, ses guerriers, ses jeux de fidchell, sa véhémence, son ardeur, sa poésie, ses plaidoyers, sa modestie, son code, sa retenue, sa fertilité, de la partie méridionale au sud.’
‘Ses rois, en outre, ses régisseurs, sa dignité, sa primauté, sa stabilité, ses institutions, ses soutiens, ses destructions, ses guerriers, ses meneurs de chars, ses soldats, sa principauté, ses hauts rois, son hydromel, sa bière, son renom, sa célébrité, sa prospérité – de la position au centre.’

—————————–

Utilisation des provinces pour la scáthcraft

Je compte utiliser cette base pour ma pratique, puisque j’ai choisi 4 divinités « guides » et qu’il y a 4 provinces (si on ne compte pas Meath) qui correspondent aux 4 points cardinaux. Si je résume :

Nord – Ulster – guerre/fierté ; la Morrigan est liée à la guerre
Ouest – Connaught – connaissance/histoire ; le Dagda est Ruadh Rofhessa « le Rouquin à la grande connaissance »
Est – Leinster – prospérité/abondance ; Kildare est l’endroit où se trouvait le fameux sanctuaire de Bríd
Sud – Munster – arts/fertilité ; selon la légende, le fidchell a été inventé par Lugh

Tout ça concorde plutôt pas mal😉

Publié dans Chrysalide | Tagué , , , , , | 5 commentaires