Les Corbeaux de la Tour de Londres

La Tour de Londres a toujours été un des mes endroits préférés dans la capitale britannique (malgré les longues files d’attente pour y entrer), non pas pour les Joyaux de la Couronne qui y sont exposés, mais parce que, d’une part, la Tour Blanche date de l’époque de Guillaume le Conquérant (1066) et ses pierres portent toute l’histoire du lieu, mais d’autre part,  parce que la légende des corbeaux de la Tour de Londres est si importante pour les Anglais que le gouvernement britannique pourvoie à l’entretien d’une demi-douzaine de corbeaux. Cette légende, je l’avoue, m’a toujours fascinée, et chaque fois que j’ai visité (et fait visiter) la Tour, je n’ai pas manqué de chercher les corbeaux et de raconter leur légende.

Les corbeaux ont une place dans les mythes et légendes des peuples anciens et sont liés à la déesse grecque Hécate et au dieu nordique Odin, en tant que symboles de l’autre monde. Le corbeau est également mentionné dans les légendes celtiques, et il est associé à la déesse de la guerre Morrigan, et au fils du dieu la mer, Bran Fendigaid (‘Bran’ signifie Corbeau). Ce sont ces mythes qui  nous mènent à la Tour de Londres.

La légende des corbeaux de la Tour fut mise en place, principalement, par le chroniqueur médiéval Geoffrey de Monmouth, qui relata de nombreux mythes et légendes gallois. En 1136 Geoffrey de Monmouth écrivit Historia Regum Britanniae (Histoire des Rois de Bretagne). Dans ce livre, il mentionne un ancien roi britannique, Bran Hen de Bryneich (né vers 485), tué à la bataille, et qui avait demandé à ce que sa tête soit enterrée, comme talisman contre les invasions, à Gwynfryn (la Butte Blanche), lieu où la Tour de Londres se tient aujourd’hui.

C’est le roi Charles II qui est à l’origine de la légende des corbeaux. Il décréta qu’au moins 6 corbeaux devaient être gardés à la Tour à tout moment, pour empêcher les désastres. L’Observatoire Royal était situé dans la tour nord-est de la Tour Blanche, et John Flamsteed, l’astronome, se plaignit au roi du fait que les corbeaux gênaient ses observations. Le roi ordonna leur destruction, mais on lui répondit que si les corbeaux quittaient la Tour de Londres, la Tour Blanche s’effondrerait et qu’un désastre frapperait l’Angleterre. Ne voulant pas tenter le sort en s’opposant à une ancienne légende, Charles II changea d’avis et décréta que les corbeaux devaient être protégés.

Par respect pour la légende et pour le décret de Charles II, au moins six corbeaux sont logés à la Tour de Londres. Un Yeoman Warder (nom des gardes de la Tour) tient le rôle particulier de ‘Maître-corbeau’ et s’occupe de les nourrir et de les soigner. Pour les empêcher de s’enfuir, les plumes d’une de leurs ailes sont coupées, ce qui déséquilibre leur vol, de sorte qu’ils ne vont pas bien loin de la Tour.

Aujourd’hui, les six corbeaux de la Tour se nomment Hugine, Munin (du nom des deux corbeaux perchés sur l’épaule d’Odin et qui lui disaient tout ce qu’ils voyaient et entendaient), Bran, Branwen, Gwyllum, et Cedric. Chacun peut être identifié par une bague de couleur.

Les corbeaux Odin et Thor, deux frères, avaient l’habitude d’imiter la voix de leur Maître-corbeau, en vocalisant des ‘Bonjour’, ‘Allez, viens’, ‘Où est le mien?’. Ces deux oiseaux sont morts en 2003. On a pu observer, à la Tour de Londres, que lorsqu’un des membres du groupe meurt, les autres corbeaux lui font des ‘funérailles de corbeau" : 24 heures de croassements.

À propos de Caitlín Urksa nic Mhorrigan

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cette entrée, publiée dans Grotte des Découvertes, est taguée , , , . Bookmarquez ce permalien.

12 réponses à Les Corbeaux de la Tour de Londres

  1. Lunia dit :

    C’est une très belle histoire dont je n’avais pas souvenir.
    Elle fait échos, pour moi, à l’histoire des singes de Gibraltar. On disait que le jour où les singes quitteraient le rocher de Gibraltar, la Grande-Bretagne perdrait ce territoire. Ce qui explique que Churchill fit installer de nouveaux animaux après la seconde guerre mondiale qui en avait tué une partie.
    Bonne journée.

  2. Laura dit :

    c’est un article très intéressant !
    Est ce que tu sais qui est le photographe de la deuxième photo ? celle avec la tour de Londres et les deux corbeaux ?
    En tout cas j’adore ton site ! Bonne continuation !

  3. heffinger juliette dit :

    c’est une très belle histoire a raconter a des gens de sa famille

  4. Pink-Blues dit :

    Pourquoi y a t-il des corbeaux à la tour de Londres ?

    • hum, c’est écrit dans l’article… : "C’est le roi Charles II qui est à l’origine de la légende des corbeaux. Il décréta qu’au moins 6 corbeaux devaient être gardés à la Tour à tout moment, pour empêcher les désastres. " et la suite

  5. Frédérique Christy dit :

    Je n’est pas tout compris :S

  6. La Tour de Londres n’a rien de mystique ^^ Historique, certainement, et comme tout site historique britannique, porteuse de légendes. Quant à savoir si je dis vrai, ma foi, je ne vois pas pourquoi je mentirais ! Les Londoniens sont friands des légendes (il y en a plusieurs qui s’entremêlent, c’est peut-être cela que vous n’avez pas compris, Frédérique et Lucie) sur leurs corbeaux, il vous suffit d’aller sur place et de demander à un guide ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s